LA VIE DES RÉGIONS
Philippe Martin
18/07/2021
210718 Regions Magazine Photo12
Élus et personnalités se sont souvent mobilisés pour la LGV, comme ici autour de Carole Delga et Jean-Luc Moudenc.

L’État financera la LGV Bordeaux-Toulouse

C’est un communiqué commun, cosigné de la présidente (PS) de la Région Occitanie Carole Delga, et du président (LR) de la Métropole de Toulouse Jean-Luc Moudenc, qui se réjouissent, une fois n’est pas coutume, d’une annonce du Premier ministre Jean Castex : les deux élus ont accueilli avec « beaucoup de satisfaction » l’engagement de l’Etat à hauteur de 4,1 milliards d’euros, en faveur de la fameuse ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse.

Le courrier adressé par le Premier ministre aux deux élus a confirmé cette nouvelle attendue depuis très longtemps en Région Occitanie : « Le gouvernement a inscrit un financement du projet de ligne à grande vitesse du sud-ouest (GPSO) à parité entre l’État et les collectivités, ce qui représente un engagement de l’État de 4,1 milliards d’euros. Je vous confirme cet engagement et vous précise qu’une contribution de l’Union européenne sera recherchée à hauteur de 20 % du coût total du projet », écrit notamment le Premier ministre.

L’Etat s’était récemment engagé sur la liaison Marseille-Nice, pour 1,38 Md€, projet pourtant moins avancé que le GSPO, provoquant une vie réaction des deux élus. Cette fois, ils accueillent l’engagement avec beaucoup de satisfaction, rappelant au passage « qu’il est le fruit d’un travail important par-delà les clivages politiques. Nous serons particulièrement vigilants à ce que le calendrier accéléré soit tenu par l’État et la SNCF », tiennent-ils tout de même à préciser.

Jean Castex a également annoncé « l’accélération » de la section Montpellier-Béziers de la future LGV Montpellier-Perpignan. « L’enquête publique devrait commencer avant la fin de l’été 2021, ce qui permettra de déclarer l’utilité publique en 2022 ».

Les travaux de la nouvelle LGV sont espérés pour 2024. La ligne réalisée mettra Toulouse à trois heures de Paris, et Toulouse à une heure de Bordeaux.

À LIRE ÉGALEMENT
  • Provence-Alpes-Côte d’Azur

    Marseille, escale zéro fumée…

    Depuis des années, une partie importante de la pollution dans la ville de Marseille et dans la Région Sud (les ports de Toulon et Nice sont également concernés) est due aux émissions des navires de croisière et des ferries à quai. Phénomène renforcé par la pandémie, qui a contraint plusieurs “villes flottantes” à rester bloquées dans les ports sans pouvoir circuler… mais tout en continuant à polluer. Lire la suite

  • La Vie des Régions

    Éric Chevée nouveau président des CESER de France

    L’assemblée générale de CESER de France, réunie le 23 juin, a élu président Éric Chevée, président du CESER du Centre-Val de Loire, ainsi que sept membres du bureau. Il succède ainsi à Laurent Degroote, président du CESER des Hauts-de-France, qui présidait les CESER de France depuis 2016. Lire la suite

Voir tous les articles