À LA UNE
par Philippe Martin
22 janvier 2019
Homepage : L’intervention du ministre François de Rugy au Kursaal de Dunkerque. Ci-dessus : de gauche à droite, Patrice Vergriete, Gérald Crétigny, Arnaud Leroy et Anne Walryck. © Philippe Martin.

Transition énergétique, capitale Dunkerque

Les Assises européennes de la transition énergétique fêtent leurs vingt ans autour de thématiques qui n’ont jamais été autant d’actualité…

Paradoxe pour une manifestation dont le réchauffement de la planète constitue un thème récurrent : c’est sous un manteau de neige, assez rare dans la grande agglomération portuaire des Hauts-de-France, que Dunkerque a accueilli le mardi 22 janvier les 20èmes assises européennes de la transition énergétique. Vingt ans déjà que la cité de Jean Bart a estimé que ce thème allait devenir incontournable dans nos enjeux de société : plutôt bien vu, finalement…

Soutenus dès le départ par l’ADEME, les organisateurs ont été par la suite rejoints par la Métropole de Bordeaux puis par l’agglomération du Grand Genève, deux collectivités très en pointe sur ces thématiques, donnant ainsi une coloration européenne à leurs travaux. Après un passage très réussi par la Suisse l’an dernier, les Assises sont revenues cette année sur leurs terres d’origine.

Et il faut bien le reconnaître, entre la taxe carbone et les gilets jaunes, jamais sans doute les sujets abordés lors de ces Assises n’ont été autant placés sous les feux de l’actualité. Patrice Vergriete, maire de Dunkerque et président de la Communauté urbaine, a d’ailleurs rappelé en préambule le caractère visionnaire de la première édition, en 1999. “Nous avions identifié trois thèmes majeurs. D’abord, l’énergie allait devenir dans les années suivantes un sujet dominant. Ensuite, les collectivités locales seraient amenées à jouer un rôle de plus en plus important en matière de maîtrise de l’énergie. Enfin, une métropole de taille moyenne comme Dunkerque, à la fois industrielle, énergétique et portuaire, allait forcément jouer son destin autour de ces sujets.” Bien vu, encore une fois. A ces thématiques il faut en ajouter une quatrième, plus récente mais récurrente tout au long de ces Assises : la place fondamentale des citoyens dans le processus de transition énergétique. Arnaud Leroy, président de l’ADEME, Anne Walryck, vice-présidente de Bordeaux Métropole représentant Alain Juppé empêché par un accident, et Gérald Crétigny, vice-président du Grand Genève, ont mis en exergue les initiatives prises par leurs collectivités, et par les territoires en général, au service d’une transition réussie. “Nous avons toujours été, nous sommes aujourd’hui une petite avant-garde de collectivités qui veulent continuer à aller de l’avant”, affirme avec force le maire de Dunkerque.

Lâcher la bride aux territoires

La visite, confirmée en dernière minute, du ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy, les aura-t-elle confortés dans leur démarche ? Sans doute quand il affirme sa volonté de privilégier “les énergies made in France, de la France des territoires, du réseau bois à la méthanisation en passant la géothermie, ce qui ne nous empêchera d’aller au bout de notre démarche consistant à fermer nos dernières centrales au charbon”. Un peu moins quand il assène que l’augmentation de la taxe carbone sur les carburants, une des origines de la crise des gilets jaunes, “n’était en réalité que de trois centimes”, oubliant au passage que près de 80% du prix de l’essence en France réside déjà dans les taxes prélevées par l’Etat… dont une faible partie est reversée à la transition écologique.

Très intéressante contribution aux travaux, celle de Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public (et ancienne présidente de l’ADEME), placée bien involontairement au cœur de l’actualité ces dernières semaines. Elle a tenu à rappeler un point essentiel, apparu l’occasion du débat sur l’énergie dont elle a présidé les travaux : “on a tendance à affirmer que les gouvernants doivent faire preuve de davantage de pédagogie pour expliquer leurs politiques. C’est prendre le problème à l’envers : ce sont les citoyens qui doivent faire connaître aux politiques leurs solutions pour accélérer la transition énergétique et écologique. Il faut, sur ce plan comme sur les autres, faire confiance aux élus locaux, et lâcher la bride aux territoires !” Dommage que le ministre n’ait plus été présent pour l’entendre…

Les travaux se poursuivent jusqu’au 24 janvier au Kursaal-Centre de Congrès de Dunkerque, avec au programme vingt plénières, 115 ateliers pour débattre, un nombre incalculable d’intervenants de haut niveau pour le plus grand intérêt des 2.500 participants. Et aussi sept visites thématiques, comme le premier démonstrateur Power-to-gas en France, installé à Dunkerque, l’exemple de synergie énergétique mise au point entre ArcelorMittal et la centrale DK6 du port de Dunkerque ; ou encore la plongée au cœur d’un parc éolien en mer, en réalité virtuelle !

A noter aussi, pour la première fois à Dunkerque, un programme “Off ”en marge des Assises, afin d’y associer au maximum la population, avec plus de 50 événements, ateliers, stages, spectacles, expositions et balades nature… avec ou sans neige !

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles
venenatis, porta. in facilisis quis Aliquam odio Nullam id, dolor Phasellus ut