fbpx
À LA UNE
Philippe Martin
15/05/2020
200515 Regions Magazine Homepage
De grosses structures hôtelière (ici l’Intercontinental Hôtel-Dieu de Lyon) risquent d’être pénalisées tant que la règle des 100 km ne sera pas levée. Photo Philippe Martin régions Magazine.

Plan Tourisme : les Régions plutôt satisfaites

Mais de nombreuses questions restent posées, notamment pour l’hôtellerie.

Le Plan Tourisme présenté ce jeudi 14 mai par le Premier ministre Edouard Philippe était très attendu, car il s’agissait de la première véritable intervention concrète dans ce domaine économique crucial (plus de 2 millions d’emplois directs et induits, 8 % du PIB), frappé de plein fouet dès la mi-mars par l’obligation du confinement. Même si le secteur bénéficie déjà des mesures à caractère général : chômage partiel, prêts garantis (6,2 milliards d’euros pour 50.000 entreprises du tourisme), exonérations diverses

Le Comité interministériel a d’abord autorisé les Français à partir en vacances cet été, ce qui était plus ou moins attendu…

Voici quelques-unes des mesures annoncées à l’issue de sa réunion :

  • Un calendrier de réouverturepour les établissements avec la date du 2 juin en zones vertes, qui sera en fonction aussi de l’évolution de l’épidémie pour les zones encore rouges.
  • L’autorisation de pouvoir partir en vacances en France métropolitaine et outre-mer cet été.
  • L’exonération complètedes charges sociales et patronales, de mars à juin 2020. Les organisations professionnelles demandent toujours une exonération jusqu’à la fin de l’année 2020.
  • Le PGE (prêt garanti par l’Etat) « saison » sera mis en place pour le secteur. Ses conditions seront plus favorables que le PGE actuel en prenant en compte les 3 meilleurs mois de l’année précédentes.
  • L’enveloppe des prêts tourismesdistribués par BPI France passe de 250 M€ à 1 milliard d’euros.
  • Report des remboursements des prêtsdes TPE, PME sur 12 mois au lieu de 6 mois actuellement.
  • Dans le cadre de la prochaine loi de finance rectificative, les collectivités locales pourront prévoir des allègements de taxe de séjouret le dégrèvement de 2/3 des cotisations foncières que l’Etat financera à 50 %.
  • La prolongation de l’indemnisation de l’activité partielle jusqu’à la fin de septembre 2020. Les organisations professionnelles demandent que soit étudiée une prolongation, dans les mêmes conditions qu’actuellement, jusqu’à ce que les mesures de distanciation sociales soient intégralement abandonnées afin d’accompagner au mieux la reprise progressive de l’activité, qui ne sera que partielle du fait des obligations sanitaires.
  • Le fonds de solidarité restera ouvert jusqu’à la fin de l’année 2020 pour les entreprises jusqu’à 20 salariés et 2 M€ de chiffre d’affaires et jusqu’à 10.000 euros.
200515 Regions Magazine Photos1

Pendant la réunion du comité interministériel du tourisme.

Renaud Muselier, président de Régions de France, dont l’association a été très active depuis le début des négociations, a immédiatement réagi, “remerciant le Premier ministre pour le niveau d’ambition porté par le plan tourisme qui a été détaillé ce jour et à l’élaboration duquel les Régions ont contribué.”

 

“Les Régions, poursuit le président de la Région Sud, respectent l’impératif sanitaire mais rappellent l’urgence de restaurer la confiance pour les clients et les entreprises, sur la base de solutions pragmatiques et réalistes, sans la nécessité de surinterprétation des règles par l’administration. Dans ce cadre, il convient de s’appuyer sur l’esprit de responsabilité des élus locaux et des représentants de l’Etat en région pour assurer une réouverture dans des conditions de sécurité optimales et équitables. *

Elles adhèrent ainsi aux propos du ministre des affaires étrangères et de l’Europe, Jean-Yves Le Drian, qui indique que la réussite de la réouverture des structures au plan national doit créer la confiance nécessaire pour conforter l’attractivité des destinations « France » dès lors que les frontières européennes se rouvriront progressivement. Les Régions invitent l’État à faire ainsi confiance aux professionnels du secteur qui, sous la responsabilité de Sébastien Bazin, ont travaillé sur un protocole sanitaire responsable.

Dans ce cadre, Renaud Muselier “salue la reconnaissance par l’État d’une approche différenciée par région et la mise en place d’une plateforme wwww.plan-tourisme.fr qui permettra aux bénéficiaires d’avoir très simplement accès aux dispositifs existants, nationaux et régionaux, auxquels ils peuvent prétendre dans leur diversité.”

200515 Regions Magazine Photos2

Les Régions renforceront les mesures de soutien

A travers les fonds régionaux déjà mis en place avec les collectivités locales et la Banque des Territoires, et des fonds d’investissement territoriaux adaptés qu’elles pourront rapidement déployer, les Régions renforceront les mesures de soutien et de consolidation pour aider le secteur à surmonter la crise, poursuivre son développement et accompagner sa transformation au plus près des territoires, en mobilisant tous les outils pertinents avec leurs partenaires (prêts, fonds propres, ingénierie).

En effet, dans un secteur dont les entreprises sont souvent fragiles et avec un niveau d’endettement élevé, la relance ne pourra pas s’appuyer uniquement sur les prêts bancaires. Les pouvoirs publics, en lien avec les acteurs privés, devront accompagner les entreprises pour leur permettre de reconstituer leurs fonds propres et investir pour s’adapter à la nouvelle donne. “Dans ce cadre, les Régions prendront toute leur part dans l’accompagnement de la transformation du secteur vers un « green deal » qui lui permettra de faire évoluer son offre pour créer de la confiance et répondre, demain, aux nouvelles attentes de nos touristes français et internationaux”, conclut Renaud Muselier

Les hôteliers réservés

Pour sa part, le monde du tourisme, s’il se monte satisfait de certaines mesures annoncées, proteste contre le maintien de la règle des 100 km, qui met à mal l’hôtellerie (très peu de clients des hôtels viennent d’une distance de moins de 100 kilomètres) ; ou encore du manque de consignes sanitaires précises, s’agissant de l’hôtellerie de plein air (campings).

“Le travail en lien avec les services de l’Etat sur les protocoles sanitaires n’est pas terminé, précise Roland Héguy, président de l’Union des Métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH). Il y a, pour la profession, une ligne rouge : imposer 4 m² de distanciation dans les restaurants et bars, comme pour les commerces. Et l’on s’impatiente de recevoir le protocole validé par le Gouvernement, car un restaurant et un hôtel n’ouvrent pas en 24h, cela se prépare !”

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles