À LA UNE
Philippe Martin
11/07/2021
210711 Regions Magazine Homepage2
La montagne, la mer, une tour génoise : les extraordinaires paysages de la GT20. Photo Sylvain Alessandrini.

Partez pour la « Grande traversée » !

Au-delà du mythique GR20, la Corse se parcourt aussi à vélo, le meilleur moyen pour découvrir ses incroyables décors. Y compris si vous n’avez pas de (trop) bons mollets…

Ralentir la cadence pour profiter à fond des paysages à couper le souffle de l’île de beauté. C’est ce que propose l’Agence de Tourisme de la Corse (ATC) aux visiteurs depuis déjà plusieurs années. Misant sur de nouvelles formes de « slow tourisme » pour faire découvrir la Corse autrement, dès l’été 2019 elle a ainsi développé une offre destinée aux amoureux de la petite reine.

« Nous avons misé sur le cyclotourisme, car il existait une forte demande de la part des touristes qui cherchaient des parcours », explique Vanina Poletti, chargée de communication de l’ATC. « Nous avons souhaité développer cette offre d’abord parce que c’est de la mobilité douce et que l’on vise le tourisme durable, mais aussi parce qu’on sait que cette clientèle dépense un peu plus que le touriste classique et qu’elle privilégie les ailes de la saison ».

Dans ce droit fil, l’ATC a donc mis en place deux itinéraires destinés aux cyclotouristes. Tout d’abord la GT20, comprendre « Grande Traversée », qui comme le mythique GR20, maille l’intérieur de l’île et la parcourt du nord au sud, avec un détour par les villages de l’intérieur.

Fleuron de l’offre cyclo-touristique de l’ATC, ce parcours sportif s’étale sur 600 km et 9.500 mètres de dénivelé, avec un départ depuis Bastia et une arrivée à Bonifacio. 12 étapes sont au programme dont, à mi-trajet, le passage particulièrement ardu du Col de Vergio, point culminant à plus de 1.400 mètres.

Aventure d’une dizaine de jours à travers des paysages très différents, des eaux turquoise de la Méditerranée aux reliefs tortueux de l’île, en passant par des sites peu fréquentés, la GT20 peut combler aussi bien les « amateurs de sensations fortes » que ceux « qui sont simplement avides de dépaysement » selon l’ATC. Autre intérêt majeur, pour les plus sportifs, elle permet aussi des connexions facilitées avec le GR20 afin de varier les plaisirs entre vélo et randonnée.

210711 Regions Magazine Photo2
Une autre façon de découvrir le Cap Corse. Photo Sylvain Alessandrini.

Assistance électrique

Mais l’ATC a aussi pensé à ceux qui n’ont pas les mollets en béton, et mise sur le vélo à assistance électrique. Grâce à un partenariat avec la start-up Appebike, et le fabricant de moteur Bosch, des bornes de recharges ont été installées tout au long du parcours.

Ceux qui trouveraient encore ce défi trop difficile pourront pour leur part emprunter l’autre itinéraire développé par l’ATC dans le cadre du programme Interreg Marittimo : INTENSE. Davantage axé “détente et vue sur mer”, ce parcours emprunte la côte Ouest de l’île, sur un tracé allant de la Balagne à Porto, et s’inscrit dans un axe transfrontalier Continent–Corse–Italie.

Grâce à ces offre cyclo-touristiques l’ATC souhaite donc diversifier la clientèle et « rééquilibrer les flux touristiques sur le territoire corse avec une mise en lumière de l’intérieur de l’île ». « Nous visons un public épris d’offre de pleine nature, en quête d’authenticité qui va essayer de découvrir le patrimoine et les savoir-faire de l’île. On a tout à y gagner en misant sur le cyclotourisme », indique Vanina Poletti.

En soulignant que si, dès leur lancement, les deux tracés ont plutôt bien fonctionné, ils suscitent de fortes attentes pour l’été 2021 du côté de l’ATC. « On mise sur l’offre pleine nature pour l’été 2021 car on sait que les Français seront épris de grands espaces, d’authenticité et de patrimoine. C’est une nouvelle vitrine de la destination Corse », souligne-t-elle en dévoilant encore : « Nous sommes en train de développer une montée en gamme de la GT20 avec la marque « Accueil vélo », un label de qualité qui permettra un meilleur rayonnement et ajoutera une plus-value à la GT20 ». À vos guidons !

Manon Perelli

210711 Regions Magazine Photo3
En couple ou en famille, du « slow tourisme »… un peu sportif quand même ! Photo Sylvain Alessandrini.

La Corse veut être une « île refuge« 

Nature préservée, terre empreinte d’authenticité et bien sûr duo « mer/montagne ». La destination Corse a tout pour plaire à l’aube d’un été qui s’annonce à nouveau franco-français. Amoureux des grands espaces, férus d’activités de pleine nature et autres amateurs de découvertes patrimoniales y trouveront leur compte.

Pour booster la relance de l’activité touristique sur l’île, l’ATC organise ainsi une vaste campagne de promotion s’appuyant sur un budget de 6,3 M€. Spots télé, présence dans la presse spécialisée, tout est mis en œuvre pour attirer les visiteurs pour la saison estivale 2021 avec un mot d’ordre : la Corse « île refuge ».

Comme l’été précédent, l’ATC joue en effet la carte de la réassurance sanitaire, en s’appuyant notamment sur la marque territoriale « Safe Corsica » créée l’année dernière pour les transporteurs et les socio-professionnels. Dans le même temps, l’ATC vise aussi sur le tourisme intrarégional avec deux grandes opérations : « Le repos des héros » qui offre un week-end offert aux soignants ; et « chèques vacances » en direction des ménages les plus modestes. Une façon d’octroyer un supplément d’âme au tourisme qui demeure le principal levier de l’économie insulaire.

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles