À LA UNE
Philippe Martin
25/07/2021
210725 Regions Magazine Homepage03
Marlène Schiappa lors de la soirée électorale, annonce que 21.000 électeurs environ ont été privés de la propagande électorale dans leurs boîtes aux lettres. Il s’avère que ce serait plutôt… 12 millions !

L’incroyable fiasco des élections régionales

Selon la mission d’information du Sénat, ce sont des millions de Français qui ont été privés de toute propagande électorale lors du dernier scrutin. Un “désastre démocratique”.

21.000 : c’était, selon Marlène Schiappa, le nombre de Français qui avaient été privés de toute propagande électorale au premier tour des élections régionales et départementales. Des propos qu’elle ne peut nier, puisqu’elle les a prononcés en direct lors de la soirée électorale du dimanche 20 juin, face aux journalistes Laurent Delahousse et Gilles Bouleau. Un chiffre sur laquelle la ministre déléguée à la Citoyenneté n’est pas revenue depuis.

Or ce n’est pas d’une “petite” erreur qu’il s’agit : selon le rapport rendu public le 22 juillet par la mission d’information du Sénat, environ 25 % des professions de foi des candidats n’ont pas été transmises pour le second tour des élections départementales, et environ 46 % pour les régionales !

Ce sont donc bien des millions de Français qui ont été privés de ces documents ce qui, dans un contexte d’abstention déjà très marqué, n’a pas dû les inciter davantage à aller voter. Les chiffres publiés par la mission présidée par le président (LR) de la commission des Lois le sénateur François-Noël Buffet sont même encore plus accablants : sur les 3.000 maires ayant répondu à la consultation du Sénat, 83 % d’entre eux ont déclaré une absence totale de distribution des plis…

Autre source : une enquête Ipsos menée pour le Centre de recherches politiques de Sciences-Po et l’Association des maires de France, selon laquelle un quart des 10.105 électeurs contactés et représentatifs de la population française n’a pas reçu de propagande avant le premier tour de élections. Ce qui, si on ramène cette proportion aux 47,9 millions d’électeurs inscrits, ferait donc environ douze millions d’électeurs “oubliés” par le gouvernement. On est décidément bien loin des 21.000 annoncés par Mme Schiappa…

210725 Regions Magazine Photo04
Le sénateur du Rhône et président de la Commission des lois au Sénat sénateur François-Noël Buffet évoque un “fiasco historique”.

Un “désastre démocratique”, un “fiasco historique”, des “chiffres affolants” selon le rapporteur de la mission d’enquête, du jamais vu en tout cas sous la Vème République. Pour les sénateurs, la responsabilité en est largement partagée entre le ministère de l’Intérieur et un de ses deux prestataires, la société Adrexo, ce qui était largement décelable dès la procédure d’appel d’offres. Selon le rapport, « les moyens humains effectivement déployés sur le terrain pour distribuer les plis ne représentaient qu’à peine plus de 3 % de la note totale des candidats. Insuffisantes en nombre, les équipes d’Adrexo étaient surtout constituées d’intérimaires peu formés et mal encadrés. De plus, cette entreprise qui distribue des imprimés publicitaires avait une faible expérience de la distribution du courrier, tâche plus compliquée.”

L’autre prestaire, la société La Poste, se sort relativement indemne de ce fiasco, mais elle ne peut se voir attribuer directement la totalité du marché de la propagande électorale, car ce serait contraire au droit européen.

Face à cette situation, et pour éviter qu’elle ne se reproduise, la mission sénatoriale liste une douzaine de réformes possibles, notamment qu’en cas de double élection (comme les départementales et régionales), le délai de l’entre-deux tours soit porté à deux semaines. Ou encore que l’on laisse aux électeurs qui le souhaitent le choix de recevoir la propagande électorale en version numérique.

Philippe Martin

@fnb_officiel http://www.senat.fr/

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles