À LA UNE
Philippe Martin
01/02/2024
Homepage ceremonie en memoire des victimes de lholocauste sur le camp de Birkenau 1
Cérémonie en mémoire des victimes de l'holocauste sur le camp de Birkenau. Crédit photos : Niewiadomski/Région Normandie

Les jeunes Normands ont découvert Auschwitz

À quelques jours du 79ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz par l’Armée rouge, une délégation normande, de 150 lycéens emmenée par Sophie Gaugain, Bertrand Deniaud et Aline Louisy-Louis, vice-présidents de la Région Normandie, s’est rendue en voyage d’étude, au camp d’Auschwitz-Birkenau. Auparavant, les jeunes Normands ont visité, le 23 janvier, le quartier juif et le musée historique de Cracovie pendant l’occupation, installé dans l’ancienne usine d’Oskar Schindler.

Les lycées Leclerc Navarre d’Alençon, Littré d’Avranches, Clément Ader de Bernay, André Maurois de Deauville, Ferdinand Buisson d’Elbeuf, le CFA agricole du Neubourg ont répondu cette année à l’appel à candidature lancé par la Région Normandie.

La Région propose, depuis 2010, un projet pédagogique mené par les jeunes sous la responsabilité de leurs enseignants en partenariat avec le Mémorial de la Shoah, le Rectorat de l’académie de Normandie et la DRAAF, avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Le voyage d’étude à Auschwitz en est le temps fort.

Le dispositif « Mémoires d’Auschwitz » propose à des lycéens et des apprentis de mener des projets pédagogiques en lien avec l’histoire de la Shoah afin de susciter la réflexion des jeunes sur les dimensions historiques, mémorielles et civiques de ce génocide. Dans cette optique, le travail pédagogique s’attache à l’histoire d’une ou plusieurs personnes ayant subi les conséquences de la Shoah et qui généralement vivaient au cours de la Seconde Guerre mondiale, dans la ville, voire le département, des établissements impliqués.

Les jeunes élaboreront une vidéo, une exposition, ou encore une émission de radio en lien avec le voyage d’étude. Les projets concernent une recherche sur l’histoire locale : personnes arrêtées dans la ville de l’établissement, parcours de justes … Ces réalisations seront présentées dans chaque établissement, puis le 4 juin au matin à Caen dans le cadre de la séquence Education jeunesse ponctuée l’après-midi de la Cérémonie de remise du Prix Liberté 2024 au Zénith.

Photo 1 entree du camp dAuschwitz

L’entrée du camp d’Auschwitz.

Les projets des lycéens et de leurs professeurs avec l’appui du Mémorial de la Shoah

  • Le Lycée polyvalent Leclerc Navarre d’Alençon (61). Les Terminales bac pro AGORA ont travaillé sur l’histoire d’Edith Bonnem, ancienne élève du lycée assassinée à Auschwitz en 1942. Les jeunes réaliseront un diaporama interactif sur cette jeune femme déportée à Auschwitz à l’âge de 15 ans.

 

  • Le Lycée Littré d’Avranches (50). Les Terminales ont étudié l’histoire d’Albert et Aimée Mandelbaum dénoncés et arrêtés en 1942. Le couple parviendra à échapper à la déportation. Les jeunes réaliseront un podcast et une exposition itinérante sur leur vie.

 

  • Le Lycée Pro Clément Ader de Bernay (27). Les Terminales Sciences et Technologies de l’Agronomie et du Vivant ont travaillé sur les traces de la famille Simsohn-Lévy, à Bernay, dont les membres ont été déportés et assassinés à Auschwitz. Une exposition interactive et des émissions de radio seront organisées.

 

  • Le Lycée André Maurois de Deauville (14). Des Terminales font des recherches sur des familles du Pays d’Auge déportées à Auschwitz. Ils réaliseront une exposition et une émission de radio.

 

  • Le Lycée Ferdinand Buisson d’Elbeuf (76). Des Premières et des Terminales travaillent sur les traces de Sarah Rotmentz, jeune femme de 20 ans, déportée d’Elbeuf à Auschwitz où elle est assassinée en 1943. Les jeunes feront une lecture théâtralisée des lettres de Sarah Rotmentz et réaliseront une exposition.

 

  • Le CFA Agricole du Neubourg (27). Le projet des Terminales bac pro Conduite et Gestion d’une Entreprise Agricole est axé sur le parcours de Berthe Yvonne Bonn, institutrice au Neubourg et décédée à Auschwitz en 1943 ainsi que sur Hélène Prunier, résistante, membre du réseau Hector de Caen, arrêtée et déportée en novembre 1941. Les Terminales réaliseront une vidéo et une émission radio sur ces deux femmes.

 

« Ce voyage d’étude, a déclaré Bertrand Deniaud, a pour objectif de susciter la réflexion des jeunes sur les dimensions historiques et mémorielles du génocide de près de 6 millions de Juifs. Nous espérons aussi favoriser l’éducation de ces jeunes à la citoyenneté et développer leur vigilance démocratique.

Au nom des âmes qui sont restées là-bas, nous invitons les jeunes Normands à la mémoire, à la tolérance, au respect de l’autre, à ne jamais céder devant la barbarie et même s’ils devaient être les derniers, à toujours s’opposer à ce qui de près ou de loin vise à dire que des hommes sont supérieurs à d’autres ».

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles