À LA UNE
14 juillet 2019
Homepage : Quand un président (Hervé Morin) vend ses trains à un autre président (Jean Rottner)… Ci-dessus : Avec un TER en arrière-plan, les deux présidents exhibent leur protocole d’accord, en compagnie de Jean-Philippe Dupont, directeur régional des lignes normandes, et Olivier David, représentant Stéphanie Dommange, directrice régionale TER Grand-Est.

La Normandie vend ses trains au Grand Est !

La région normande vient de céder seize rames de TER à son homologue du Grand Est, qui pourra ainsi réaliser son projet de RER dans le sillon lorrain.

C’est une première du genre : une Région qui vend à une autre ses rames de TER. Opération gagnant-gagnant en quelque sorte, puis le vendeur (la Normandie) récupère des fonds pour améliorer son propre réseau, tandis que l’acheteur (le Grand Et) va pouvoir réaliser un projet de desserte d’envergure.

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Jean Rottner, président de la Région Grand Est, ont donc signé le 13 juillet, à Sotteville-lès-Rouen, un protocole d’accord qui scelle le transfert des 16 rames TER 2N NG de la Région Normandie à la Région Grand Est.

Selon cet accord, le Grand Est versera 100 M€ à la Région Normandie pour déployer les rames sur la ligne Nancy-Metz-Luxembourg, afin de mettre en service un véritable RER pour le Sillon lorrain, avec des trains de 1.000 places assises aux heures de pointe. 

Il permet en outre l’optimisation des flottes de rames automotrices à 2 niveaux exploitées sur les réseaux ferroviaires régionaux des Régions Grand Est et Normandie.

“Cet accord entre les deux Régions est la plus importante opération de gestion coordonnée de matériel roulant entre des autorités organisatrices régionales réalisée en France. Par cette opération de grande envergure, la Région Grand Est montre son volontarisme et sa mobilisation pleine et entière pour répondre aux besoins croissants de déplacements vers le Luxembourg”, a déclaré Jean Rottner.

“Je me réjouis de cet accord entre nos deux Régions. Ce transfert est un bel exemple de coopération entre deux grandes Région, et démontre l’importance prise par les territoires dans la gestion de la vie quotidienne des usagers. Leur capacité à s’entendre est un facteur réel de valeur ajoutée pour nos concitoyens”, a ajouté Hervé Morin.

La Région Grand Est, confrontée au besoin de renforcer ses dessertes du Sillon Lorrain avec un matériel compatible avec son parc actuel, affectera ces 16 nouvelles rames à la desserte du sillon mosellan Nancy-Metz-Thionville-Luxembourg, pour augmenter la capacité du parc, tout en restant homogène avec les 25 TER 2N NG utilisés actuellement. 

Le protocole d’accord porte sur le transfert de 16 rames TER 2N NG de la Région Normandie vers la Région Grand Est, et la substitution, pour l’exploitation du réseau TER Normandie, de ces 16 rames par des rames automotrices Régio 2N Omnéo neuves financées par la Région Normandie.Enfin, cet accord avec le Grand Est prévoit d’assurer le transfert des TER 2N NG, à raison de 2 rames en 2021, 10 rames en 2024 et 4 rames en 2025.

La Région Grand Est verse à la Région Normandie une subvention de 100 M€, calculée selon la valeur des rames à date du transfert. Cette opération s’inscrit dans un vaste programme d’investissements pour développer la desserte transfrontalière du Luxembourg. Il comprend une série de travaux d’infrastructures, parmi lesquels la construction d’un nouveau centre de maintenance dédié à la flotte de matériel à 2 niveaux à Montigny-lès-Metz, pour 90 M€ financés par le Grand Est.

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles
Sed Nullam suscipit massa Praesent ipsum amet, ut