À LA UNE
Philippe Martin
22/03/2022
220322 Regions Magazine Homepage02

« La Corse restera française »…

Reçu par les élus corses, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a évoqué l’autonomie de la Corse. Mais ne y posant des limites.

Les violents incidents qui ont fait suite à l’agression d’Yvan Colonna le 2 mars à la prison d’Arles, puis à son décès le 21 mars, ont relancé de manière assez brutale le débat sur l’autonomie de la Corse. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, ayant déclaré « qu’un accord sur le statut de l’île pourrait aller jusqu’à l’autonomie, peut-être d’ici la fin de l’année », s’est rendu ensuite en Corse où il a rencontré notamment les représentants de l’Etat et les élus régionaux, dont Gilles Simeoni, (notre photo) président de la Collectivité territoriale de Corse, et Nanette Maupertuis, présidente de l’Assemblée de Corse.

« Derrière le mot  »autonomie », il faut désormais travailler, a poursuivi Gérald Darmanin. J’ai proposé un an de discussions, il faut entrer dans le détail et ne pas simplement avoir une vision romantique de l’autonomie. Mais la Corse restera française. »

Pour sa part, Gilles Simeoni a insisté sur la « nécessité de formaliser les avancées évoquées dans un document engageant l’Etat, et la mise en œuvre effective d’un nouveau statut », donnant de nouvelles compétences à la Collectivité, dont le pouvoir normatif. Pour sa part, Régions de France tient à rappeler que dans son Livre Blanc, l’association demande un statut d’autonomie renforcée pour la Corse.

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles