fbpx
À LA UNE
Philippe Martin
22/03/2020

Grand Est : les premiers patients transférés en Allemagne

Les hôpitaux de Freiburg et Karlsruhe ont accueilli les premiers malades français atteints du coronavirus.

Si la solidarité européenne a mis beaucoup de temps à se mettre en place, c’est comme souvent à partir des territoires qu’elle prend sa pleine mesure : ce week-end, les premiers patients des hôpitaux alsaciens ont ainsi été transférés dans des hôpitaux allemands frontaliers, où des places de lits sont disponibles.

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, s’est depuis le début de l’épidémie de Coronavirus Covid-19, entretenu avec ses homologues allemands, Winfried Kretschmann, Ministre-Président de Bade-Wurtemberg, Malu Dreyer, Ministre-Présidente de Rhénanie-Palatinat, et Tobias Hans, Ministre-Président de la Sarre, afin d’échanger tant sur la difficile situation des frontaliers que sur les besoins médicaux.

Une cellule de contact est établie depuis le 12 mars à l’initiative de la Région, entre la Préfecture du de la région Grand Est, l’Agence Régionale de Santé (ARS) et les autorités des trois Länder allemands chargées de coordonner la coopération transfrontalière.

Transfert des premiers patients du Grand Est vers l’Allemagne.

Les autorités de Bade-Wurtemberg ont ainsi procédé, ce samedi 21 mars et ce dimanche 22 mars, au transfert de premiers patients d’Alsace (Mulhouse, Colmar, Strasbourg) vers les hôpitaux de Freiburg et de Karlsruhe. Des échanges sont en cours en vue d’organiser le transfert de patients vers les hôpitaux de Rhénanie-Palatinat.

Ce dimanche 22 mars, Tobias Hans a notamment proposé à ce que des patients en réanimation (à compter de leur 7ème jour d’hospitalisation) soient pris en charge dans des hôpitaux sarrois, et ce aussi longtemps que les capacités médicales le permettront. Pour Jean Rottner, « ces engagements des Länder partenaires de la Région Grand Est, coordonnés avec le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, la Préfecture et l’ARS, désengorgeront les hôpitaux du Grand Est, à bout de souffle, au bénéfice des patients contaminés. Ils témoignent notamment que la solidarité franco-allemande de proximité, malgré les restrictions sévères au passage de la frontière décidées ces derniers jours, continue à s’incarner dans des actes concrets. »

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles