LES DOSSIERS DE RÉGIONS MAGAZINE
Dossier réalisé par Philippe Martin avec l’équipe de journalistes en région de Régions Magazine
21 février 2019
L’industrie française ouvre de nombreux types de débouchés. Ici à l’usine SIAG du Creusot (Bourgogne-Franche-Comté).

Les Régions au chevet de leur industrie

En lançant ses “Territoires d’Industrie”, le gouvernement a montré son intérêt pour la relance de ce pan essentiel de notre économie. Reste à voir comment cela va s’articuler avec les dispositifs mis en place depuis des années par les Régions.

Ils se nomment Saint-Quentinois-Ternier, Val et Terres de Lorraine, Bassin d’Alès ou encore Pontivy-Ploërmel-Loudéac. Ces noms ne vous disent peut-être rien – sauf si vous habitez à proximité de l’un de ces bassins d’emplois. Ce sont pourtant quelques-uns des 124 “Territoires d’industrie” qui ont été retenus par le gouvernement, pour servir en quelque sorte de “modèles” à une réindustrialisation de la France par ses territoires.

Réindustrialisation n’est d’ailleurs peut-être pas le bon mot, car parmi les critères de choix figure le fait que ces secteurs sont déjà industriels, par leur nature et leur histoire, ainsi que l’explique la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher, en charge de ce dossier au gouvernement, dans l’interview qu’elle a accordée à Régions Magazine. L’idée est donc bien, en y concentrant des moyens dédiés, de leur donner une chance supplémentaire de reprendre ou de poursuivre leur développement. C’est l’un des grands projets de l’exécutif, tel que présenté par le Premier ministre lors du Conseil national de l’Industrie, le 22 novembre dernier.

Une structure de plus ?

“Nous avons engagé, depuis un an, une stratégie déterminée de reconquête industrielle autour du Conseil National de l’Industrie et de ses 18 filières industrielles, a déclaré à ce sujet Edouard Philippe. Les premiers résultats de cette stratégie sont prometteurs. Pour la première fois depuis 10 ans, les entreprises recréent des emplois industriels en France, la confiance est restaurée, les investisseurs sont de retour. Cependant, rien n’est jamais gagné : nous devons poursuivre nos efforts, en particulier dans nos territoires. Dans ce but, le gouvernement a décidé de mettre les intercommunalités au cœur du dispositif, et d’en confier les rênes stratégiques aux Régions.”

Il faut dire que l’enjeu en vaut la chandelle. Quelques chiffres suffisent à s’en convaincre : depuis 2008, la France a détruit plus de 600 usines. En ce qui concerne la place de l’industrie dans son économie, notre pays se situe en 27ème position sur 28 dans l’Union européenne, juste devant la Grèce. Et puis un dernier chiffre pour faire bonne mesure : les Régions françaises, qui ont en charge le développement économique depuis l’adoption de la loi NOTRe en 2015, “dépensent 800 M€ par an pour l’innovation, notamment industrielle, contre 10 M€ pour les Länder allemands”, ainsi que le rappelait le président de Régions de France Hervé Morin le 9 octobre dernier lors d’un colloque intitulé comme de juste “Industrie, la reconquête par les territoires”.

 

Le premier Ministre Edouard Philippe dévoile la carte des Territoires d’industrie.

 

Loin de nous l’idée de prétendre que les Régions sont restées inactives devant ces destructions massives d’emplois. Non seulement les élus régionaux se battent aux côtés des chefs d’entreprise à chaque fois qu’une difficulté surgit, mais chaque conseil régional a mis en place toute une série de dispositifs pour favoriser la relance industrielle. 

De l’Agence économique Auvergne-Rhône-Alpes à L’Usine du Futur lancée en Nouvelle-Aquitaine et reprise un peu partout, en passant par l’“Industrie 4.0” de Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur ou le dispositif Dev’Up de Centre-Val de Loire, les exemples foisonnent, ainsi que le démontre le tour de France que vous pourrez parcourir dans les pages suivantes.

Reste à savoir comment tout cela va s’articuler avec la nouvelle volonté gouvernementale d’investir ces territoires d’industrie. Si ce process mis en place, et qui fait suite à tant d’autres, va jouer un véritable rôle d’accélérateur, ou bien si au contraire il va s’agir d’une “nouvelle structure lourde et lente, antinomique avec les besoins du monde économique”, comme le redoute Annabel André-Laurent, vice-présidente de la région Auvergne-Rhône-Alpes et co-présidente de la commission Développement économique de Régions de France.

Deux écueils majeurs

Restera enfin à franchir deux écueils. D’abord, améliorer l’attractivité de la filière industrielle, tellement faible que plus de 50.000 emplois y sont à pourvoir immédiatement. Ce qui passe à la fois par de l’information tous azimuts, et par de la formation susceptible d’attirer des jeunes dans des filières qui n’ont souvent plus rien à voir avec les métiers pénibles, peu gratifiants, mal payés et sans avenir tels qu’ils se les imaginent souvent. 

A cet égard, on examinera avec attention les premiers résultats de la réforme de l’apprentissage impulsée par le gouvernement : en privant les Régions de son pilotage, et en le confiant aux branches patronales, l’exécutif a pris un risque, celui de voir des territoires entiers, notamment ruraux, privés des formations indispensables au recrutement industriel.

Second écueil, le poids de la fiscalité qui pèse sur nos entreprises, comparativement à leurs concurrents européens. Vice-président du MEDEF, Patrick Martin regrette “le poids des taxes de production qui pèsent sur notre pays” et s’inquiète de ne pas voir l’actuel gouvernement s’en préoccuper.

Encore une fois, l’enjeu est de taille. Car comme le rappelle Frédéric Coirier, co-président du Mouvement des entreprises de taille intermédiaire (METI) et président du directoire de Poujoulat, “plus on ouvrira des usines, plus les territoires iront bien, car 70 % des sièges d’ETI sont en région”. Ces huit dernières années, les ETI françaises ont créé 350.000 emplois, et le passage massif du stade de PME à celui d’ETI, avec tout ce qu’il génère (développement international, entrée dans l’univers digital, etc.) est assurément un des enjeux majeurs de ce vaste pari industriel.

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles
mi, mattis amet, felis velit, commodo