À LA UNE
Philippe Martin
16/12/2023
231216 Regions Magazine Homepage01
Le 5 décembre à Lille, présentation du bilan de la mandature. Photo CESER Hauts-de-France.

CESER : cinq chantiers en cinq ans

Le CESER Hauts-de-France n’a pas chômé au cours de la dernière mandature. Le point avec son président Laurent Degroote.

L’assemblée plénière du CESER Hauts-de-France qui s’est tenue le 5 décembre à Lille a permis d’établir le bilan de la neuvième mandature, 2018-2023. Le point avec son président Laurent Degroote.

Régions Magazine : Comment résumeriez-vous l’action du CESER au cours des cinq dernières années ?

Laurent Degroote : L’action du CESER, tout au long de ce mandat, fut immensément dense et riche. Nous avons présenté plus de 150 documents, avis et rapports- avis, motions ou vœux. Il y a notamment cinq actions durables, qui s’inscrivent dans le temps, que nous avons souhaité mette en valeur.

D’abord, le Forum des Jeunes, qui fait travailler ensemble environ 80 jeunes issus de la diversité, et les amène à formuler des propositions qui sont ensuite retenues par le CESER comme axes de travail. C’est très intéressant de voir quelles sont leurs préoccupations majeures : la santé, le pouvoir d’achat, les mobilités, le harcèlement scolaire… Je dois dire que je suis impressionné par le niveau d’engagement ce ces jeunes.

Ensuite le Grand prix des Solidarités et dynamiques rurales. Nous estimons que le monde rural est une source d’avenir pour la région, et nous mettons en valeur par ce prix des personnes ou des organisations qui ont valorisé notre territoire. Une première, couronnée de succès puisque nous avons reçu plus de 80 candidatures de qualité. Une initiative qui existe dans le Grand Est depuis une trentaine d’années, et que nous avons reprise à notre compte.

RM : Vous avez également travaillé sur les problèmes liés à l’eau…

LD : Oui avec le lancement le 14 novembre de l’ARPE, l’Agence Régionale pour l’Eau, qui entend favoriser le dialogue entre tous les organismes et institutions qui se préoccupent de l’eau dans notre région, et n’avaient pas forcément d’endroit où échanger : nous le leur fournissons, dans un contexte où nous passons de « l’eau facile à l’eau fragile ». Car même si nous sommes moins touchés par la sécheresse que d’autres régions, les pluies abondantes favorisent la pollution des nappes phréatiques…

Dans le même état d’esprit, nous avons créé Ambitions Littoral, et notre rapport a débouché sur la création du Parlement de la Mer, dont le CESER assure le secrétariat.

Enfin, cinquième point important, la plateforme participative et citoyenne, que nous avons mise en place après la crise des Gilets jaunes, et qui nous amène à questionner régulièrement des citoyens pour nourrir notre réflexion, et mieux les accompagner dans leur vie quotidienne.

RM : Et pour les sujets à venir ?

LD : Dans la prochaine mandature, nous allons beaucoup travailler autour du Canal Seine-Nord-Europe, en nous penchant particulièrement sur l’“hinterland” car il faut profiter de ce chantier gigantesque pour donner de la vie aux territoires qui le bordent.

Propos recueillis par Philippe Martin

Fort renouvellement en vue

Début janvier les CESER (conseils économiques, sociaux et environnementaux régionaux) seront appelés à élire leurs nouveaux représentants. Selon nos informations, un fort renouvellement est attendu, puisque la moitié des présidents de CESER de métropole ne se représenteront pas. Les résultats dans notre n°170, et dans l’édition 2024 de notre Annuaire des Régions.

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles