À LA UNE
Par Philippe Martin
25 janvier 2018
© Hugues-Marie Duclos Régions Magazine - Photo homepage : Hervé Morin a été écouté avec beaucoup d’attention par quatre membres du gouvernement, dont la ministre de la Culture Françoise Thyssen. Ci-dessus : Discussion animée entre le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard et le président délégué de Régions de France François Bonneau.

Le vœu d’un “Pacte girondin”

Sans rien masquer des difficultés de relations avec le gouvernement, le président de Régions de France Hervé Morin lui propose de sceller en 2018 un “pacte” pour transformer le pays.

Pour résumer les relations entre le gouvernement et les Régions, le président de Régions de France n’a pas hésité à faire appel à… ses enfants : “comme ils pourraient le dire, on ne nous a pas beaucoup “calculés” depuis six mois”, a lancé Hervé Morin au cœur du Centre Pompidou, où il présentait ses vœux le 23 janvier au nom des présidents de conseils régionaux. Quatre ministres, Jacques Mézard, Jacqueline Gourault, Olivier Dussopt et bien sûr la ministre de la Culture Françoise Nyssen en tant que puissance “accueillante”, ont eu droit à quelques reproches lancés avec le sourire, mais tout de même vigoureusement assénés : “les collectivités ont eu le sentiment de ne pas être assez respectées, pas assez reconnues, pas assez aimées pour tout dire”, suscitant l’approbation de ses collègues présidents de Région mais aussi de François Baroin, président de l’Association des Maires de France, venu en ami.

Le décor assez baroque du Centre Pompidou s’est assez bien prêté à cette mini-volée de bois vert, d’autant qu’il accueille jusqu’en juin prochain 23 œuvres des Fonds régionaux d’art contemporain (FRAC) venues de toutes les régions de France. L’occasion pour Françoise Nyssen de saluer “l’engagement des Régions dans le champ culturel”. L’occasion pour Hervé Morin de préciser “qu’en France, 70 % des investissements réalisés dans le domaine de la culture le sont par les collectivités…” Après avoir rappelé que, malgré l’engagement pris par Edouard Philippe le 29 novembre dernier, “nous n’avons reçu depuis aucune proposition de Matignon pour combler le trou d’air budgétaire des Régions suite à la suppression du Fonds de compensation de 450 M€, Hervé Morin en a profité pour passer en revue les problèmes du moment. La mobilité et les transports, rappelant au passage les recommandations émises par les Régions au mois de janvier, dans le cadre de l’ouverture à la concurrence du TER. L’Europe, et notamment les discussions sur le cadre financier pluriannuel 2020-2025, rendues d’autant plus ardues par le Brexit, avec un objectif clair à la clef : “que toutes nos Régions restent éligibles aux fonds européens, un combat essentiel pour la cohésion des territoires”, combat qu’il compte mener aux côtés de nos voisins allemands.

 

© Hugues-Marie Duclos Régions Magazine – Hervé Morin en a profité pour découvrir les œuvres venant des 23 FRAC.

 

Apprentissage : la “main invisible du marché”

Et puis, bien sûr, l’apprentissage, et le combat mené par les territoires pour lutter conter sa privatisation, que souhaitent imposer deux syndicats patronaux, le Medef et l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie, lire par ailleurs). “Nous ne laisserons pas la main invisible du marché s’abattre sur nos jeunes, nous n’accepterons pas d’être les complices d’un système qui rendrait totalement déserts des pans entiers de notre territoire”, a-t-il martelé devant les quatre membres du gouvernement.

Tout en laissant la porte ouverte à des relations plus apaisées : “même si nous sommes davantage dans une recherche de compréhension réciproque que dans une confiance réciproque, nous sommes prêts à conclure en 2018 un vrai pacte girondin avec l’Etat, car c’est dans la différenciation des territoires que le pays s’en sortira enfin, et dans ce cadre les régions peuvent être des alliés du gouvernement, des moteurs dans la transformation du pays.” Régions de France présentera dans les prochaines semaines une feuille de route pour mettre en place cette nouvelle gouvernance pour le pays. Son président a été entendu par les ministres présents, reste à savoir s’il sera écouté et si ses vœux seront exaucés…

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles
c9856270150d7fd7f906f1ba5aa68863999999