Ref. 415(2011)
10.05.2011

Les élections locales en Albanie ont été compétitives et transparentes, mais les partis politiques se sont montrés irresponsables, selon les observateurs

 

Tirana, 10.05.2011 – Les élections locales en Albanie ont été compétitives et transparentes, mais le scrutin s’est déroulé dans un climat de forte polarisation et de défiance entre les partis gouvernementaux et l’opposition, selon les conclusions publiées aujourd’hui par les observateurs du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’OSCE (BIDDH) et du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe.

 

Les observateurs ont constaté que, tout comme lors des précédentes élections, les deux grands partis politiques ne se sont pas acquittés de leurs responsabilités électorales de manière responsable. L’organisation de tout le scrutin s’en est ressentie.

 

« Plusieurs aspects de ces élections présagent de progrès à venir, mais il est à déplorer que les deux grands partis politiques aient à nouveau abusé de leur rôle dans l’administration de ces élections pour poursuivre leur bataille politique. Tous les partis devraient œuvrer de concert après les élections pour renforcer le processus électoral » a déclaré Jonathan Stonestreet, Chef de la mission d’observation des élections du BIDDH/OSCE.

 

« La délégation du Congrès se félicite du calme dans lequel le scrutin s’est globalement déroulé. Nous craignons toutefois que l’extrême polarisation de la vie politique n’empêche le dialogue constructif nécessaire pour répondre aux attentes des citoyens et assurer une bonne gouvernance au niveau local. Le Congrès est prêt à soutenir l’Albanie dans la mise en place de conditions propices à une bonne coopération entre les acteurs politiques », a indiqué Hana Richtermocová, Chef de la délégation du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux.

 

La Commission électorale centrale a agi de manière transparente, mais les décisions sur les questions litigieuses n’ont pas été prises de manière collégiale mais en fonction de positions partisanes. Les grands partis ont souvent tardé à désigner des commissaires électoraux et ont contribué à susciter la méfiance en mettant en doute l’intégrité de l’administration du scrutin.

 

La campagne a été active et les concurrents ont généralement pu mener campagne dans l’ensemble du pays. Malgré des appels au calme, la campagne a été entachée de violences dans de nombreux endroits. Il semble y avoir eu nettement moins de cas d’usage abusif des ressources administratives, même si des cas de pressions sur des agents de la fonction publique ont été relevés.

 

Les autorités ont fait des efforts considérables pour améliorer les listes électorales. Les médias ont exprimé une pluralité de positions, permettant aux électeurs de faire un choix éclairé. Cependant, la plupart des chaînes étant favorables à l’un ou l’autre des deux grands partis, il manque de médias audiovisuels vraiment indépendants.

 

Le jour du scrutin s’est relativement bien déroulé, en dépit de problèmes de procédure. Jusqu’à présent, le dépouillement a globalement été transparent, malgré des retards dans de nombreuses régions.

 

Pour plus d’informations :

Jens-Hagen Eschenbächer, BIDDH/OSCE,

+355 696227947 or +48 603 683 122, jens.eschenbaecher@odihr.pl

Antonella Cagnolati, Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe,

+33 6 63 47 87 28, antonella.cagnolati@coe.int

 

Le Congrès se compose de deux chambres, la Chambre des pouvoirs locaux et la Chambre des régions. Il comprend 318 membres titulaires et 318 suppléants, qui représentent plus de 200 000 collectivités territoriales européennes.

Président du Congrès: Keith Whitmore (Royaume-Uni, GILD), Président de la Chambre des régions: Herwig van Staa (Autriche, PPE/DC), Président de la Chambre des pouvoirs locaux: Jean-Claude Frécon (France, SOC)

Groupes politiques: Groupe socialiste (SOC), Groupe du Parti populaire européen – Démocrates chrétiens (PPE/DC), Groupe indépendant et libéral démocratique (GILD)