À LA UNE
Par Philippe Martin
16 septembre 2017
L'ouragan Irma a durement frappé les îles caraïbes de Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

Les Régions solidaires des îles

Après la catastrophe qui a frappé Saint-Martin et Saint-Barthélémy, les collectivités régionales ont fait preuve de leur solidarité. La Guadeloupe voisine, mais aussi plusieurs Régions de métropole.

Il y a eu, bien sûr, le séjour ultra-médiatisé du président de la République à Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Mais la solidarité nationale à l’égard des îles frappées par le cyclone Irma ne s’est pas résumée à la visite sur place d’Emmanuel Macron. Les collectivités, et singulièrement les Régions, ont apporté très rapidement un soutien actif et concret.

A commencer par la région Guadeloupe toute proche. Deux jours après le drame, un comité technique opérationnel s’est constitué sur la grande île voisine, épargnée par la catastrophe, à l’initiative du président de Région Ary Chalus. Ce comité regroupe les principaux acteurs publics et privés qui se sont mobilisés pour venir en aide aux sinistrés des territoires touchés. L’objectif du comité est de “réaliser dans les meilleures conditions et avec efficacité la coordination de l’aide, l’acheminement des dons, du matériel et des équipes d’intervention, et l’organisation des interventions techniques”. Dès le 8 septembre, une mission diagnostic a été envoyée sur place, afin d’identifier avec précision l’état des besoins et les modalités d’intervention, en partenariat avec la collectivité d’outre-mer de Saint-Martin.

Quatre niveaux d’intervention ont été immédiatement définis : l’aide de première urgence (avec collecte de dons par les communes et les associations, acheminement des dons dans un hangar au Grand Port Caraïbes) ; les interventions techniques auprès des populations (avec envoi d’équipes techniques spécialisées dans l’élagage et le déblayage) ; la prise en charge psychosociale (avec l’envoi sur place de psychologues et d’assistantes sociales afin d’animer des cellules psychologiques, et la prise en charge des populations vulnérables rapatriées en Guadeloupe) ; et enfin le pilotage d’une mission sur place en vue de la réhabilitation et de la reconstruction.

Dès le 13 septembre, les premières barges ont quitté la Guadeloupe pour les deux petites îles voisines. A leur bord, les dons récoltés, prioritairement de l’eau, des denrées alimentaires sèches, de la nourriture pour bébés, mais aussi de l’outillage, des bâches, des plaques de contre-plaqué… Une façon concrète de traduire la solidarité, très au-delà des mots.

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles