À LA UNE
19 octobre 2017
A l’Hôtel de Région de Toulouse, lors de la présentation du dispositif par la présidente Carole Delga.

L’Occitanie et Enedis lancent “Smart Occitania”

Piloté par Enedis et soutenu par la région Occitanie, “Smart Occitania”, projet de réseau électrique intelligent en milieu rural, a été présenté à Toulouse.

“Smart Occitania” a été présenté le 3 octobre à Toulouse à l’Hôtel de Région devant plus de 200 personnes. La région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée a en effet décidé d’appuyer l’expérimentation de ce réseau électrique intelligent en milieu rural. Coordonné par le gestionnaire du réseau électrique Enedis, “Smart Occitania” implique la Région, les industriels régionaux Actia et Groupe Cahors, et les laboratoires Promes à Perpignan et Irit à Toulouse. L’Ademe l’a retenu comme lauréat de l’appel à projets “Systèmes électriques intelligents” du Programme des investissements d’avenir.

Projet doté d’un budget de 8 M€, dont 2,6 M€ de l’AdemeSmart Occitania va tester en milieu rural des technologies numériques (solutions Ultra Narrow Band et capteurs communicants) pour améliorer l’observation du réseau électrique, et des systèmes de prédiction et d’anticipation des situations de crise. Ce projet, qui s’étalera sur trois ans et demi, permettra de développer une filière “Smart Grid Rural” régionale et d’aller vers son industrialisation. L’Occitanie/Pyrénées-Méditerranée est la première région à accueillir un tel “smart grid”, qui facilitera aussi l’intégration des énergies renouvelables et améliorera l’efficacité énergétique.

Nous posons les jalons du monde de demain, de la transition énergétique, a affirmé la présidente du conseil régional Carole Delga. Pour atteindre notre objectif d’être la première Région européenne à énergie positive à l’horizon 2050, nous agissons pour réduire nos consommations et développer la production d’énergies renouvelables. Pour amplifier notre action, nous créerons l’Agence régionale de l’énergie en janvier 2018”.

Pour Enedis, les enjeux sont d’améliorer l’intégration au réseau des énergies renouvelables produites dans la région et de réussir l’industrialisation de son système pour le répliquer aux niveaux national et international. “On prévoit la multiplication par 4 de la puissance des éoliennes installées dans la région. Cela suppose un rôle majeur des gestionnaires de réseau, affirme Michel Deverdet, secrétaire général d’Enedis. Une partie du réseau basse tension va être équipée. C’est un démonstrateur qui n’existe pas en Europe. II va avoir un rôle de pionnier.”

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles