LES DOSSIERS DE RÉGIONS MAGAZINE
28 août 2017

Tourisme et transports  : l’équation gagnante

Pour les acteurs du tourisme, après la chute du chiffre d’affaires liée aux attentats, seule une stratégie offensive permettra de relancer la machine. Un enjeu capital pour notre pays.

Le constat est accablant : l’année 2016 aura été “épouvantable” pour le tourisme français. C’est Frédéric Pierret, directeur général de l’Alliance 46-2, qui l’affirme : “les derniers chiffres de la Banque de France font apparaître une perte de recettes d’environ 3,5 Md€ pour 2016 par rapport à 2015, pour une recette globale annuelle de 42 M€. Comme c’était déjà la même chose en 2015, ce sont au total 7 Md€ qui ont disparu, en même temps que plusieurs milliers d’emplois”.

La dernière publication de l’INSEE confirme ce constat accablant. L’été dernier, la fréquentation des hébergements collectifs touristiques a reculé de 2,5 %, après un premier recul de 3 % en 2015. Si l’ensemble des régions littorales a pâti d’une météo maussade, ce sont évidemment les zones touchées par les attentats qui ont le plus souffert : – 12,4 % pour l’Île-de-France, – 6 % pour Provence-Alpes-Côte d’Azur, mais aussi – 5,2 % pour la Bretagne et – 3,8 % pour la Normandie. Auvergne-Rhône-Alpes, la Corse, l’Occitanie et les Hauts-de-France ont quant à elles enregistré des résultats positifs durant l’été, par rapport à 2015, bénéficiant, pour certaines d’entre elles, de l’impact de l’Euro de football. Enfin, ce sont les zones rurales et de montagne qui ont obtenu la plus forte croissance (voir par ailleurs la carte par départements).

Bien sûr, on pourra toujours, comme l’ancien ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, se réjouir qu’avec 83 millions de touristes étrangers, la France ait encore occupé en 2016 le rang de première destination touristique mondiale. Et constater que les plans de relance mis en place notamment en Île-De-France et en PACA ont porté leurs fruits. Les réservations aériennes vers Paris ont ainsi remonté de près de 60 % dès le premier trimestre 2017. Autre indicateur plutôt réjouissant : le 22 mai, l’ICCA (International Congress and Convention Association) qui recense chaque année les villes du monde les plus attractives pour les congrès internationaux, a redonné à Paris la première place pour 2016 ! Avec 1.118 congrès organisés au cours de l’année écoulée (+ 11,5 % par rapport à 2015) et 854.000 congressistes accueillis (+ 12 %), notre capitale coiffe ainsi de nouveau les autres villes européennes, y compris Londres.

Des chiffres qu’il convient, là encore, de nuancer. Car si la fréquentation touristique de notre pays reste la première au monde, il s’agit pour une bonne part de tourisme de passage. La preuve en est qu’en termes de chiffre d’affaires, la France n’occupe plus que la quatrième place, derrière les États-Unis, la Chine et l’Espagne. Et pour Frédéric Pierret, il y a encore plus grave.

Pour lire la suite abonnez-vous à Régions Magazine
À LIRE ÉGALEMENT
Voir tous les articles